Impressions sur la politique cyclable de Copenhague

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 1859 (1 par jour)
VELO-CITY 2010

Impressions sur la politique cyclable de Copenhague

Relais vélo de la Direction Départementale des Territoire et de la Mer de l’Hérault, j’ai été amené à profiter de mon petit séjour à Copenhague en cet été 2010 pour observer la pratique du vélo et les aménagement cyclables rencontrés dans cette ville.

Voici donc quelques points de vue et impressions résultant de mon observation


  • Un réseau cyclable quasi parfait sur l’ensemble de l’agglomération. Bien sûr il y a, sur tous les grands axes, les fameuses pistes de Copenhague, piste unidirectionnelle de part et d’autres des voies voitures, intercalée et surélevée entre la voie voiture et le trottoir. Mais il y a aussi les petits détails qui assurent les continuités : interruption de bordures de trottoir avec petit dévers en enrobé pour permettre un accès dans un parc, petits aménagements de sécurité dans les rues plus traditionnelles, rails à vélo sur tous les escaliers publics, … Les parcs (et même un cimetière) sont largement utilisés pour le réseau cyclable.
  • Des compteurs vélo permanents sur les grands axes, visibles par tous, piétons, cyclistes, automobilistes, avec des chiffres impressionnants : plus de 8000 vélos jours sur certains points.
  • Une gestion des carrefours à feux très précise, avec figurine vélo, messages audio piétons,… Dans chaque carrefour principal, un applat de peinture bleue avec logo vélo est apposé sur le sol de façon très voyante. Ces peintures sont entretenues régulièrement .
  • Les Tourne à droite au feux sont pratiqués par de nombreux cyclistes mais non encore autorisés.
  • Une vitesse de déplacement en vélo assez impressionnante en général. On est vraiment dans les déplacements au quotidien, pratiques et efficaces.
  • Peu d’axes partagés piétons/vélos ; quand ils existent, les places des uns et des autres sont clairement identifiées et signalées.
  • Le piéton est prioritaire sur le vélo et le vélo sur la voiture. Cela se vérifie souvent, à l’occasion des passages piétons notamment.
  • Peu de pistes cyclables double sens, hormis une piste verte à l’ouest de l’agglomération, interquartier . Je n’ai pas eu l’occasion de voir la concrétisation des autoroutes vélo.
  • En rase campagne, j’ai pu observer des pistes cyclables unidirectionnelles sur les grands axes et des bandes cyclables sur les plus petites routes.
  • Une économie du vélo très présente, de nombreux magasins vélos (entretien/réparation/ventes). Des vélos de toutes sortes, de très beaux vélos non encore vus en France.Il y a vraiment un « marché » vélo.
  • Peu de deux roues motorisés ; les cyclomoteurs empruntent les pistes cyclables.
  • Bien entendu des parkings vélo partout, dans tous les lieux générateurs de déplacement.
  • Dans de nombreux parcs à vélo, les vélos abandonnés sont marqués par une rublise jaune entourant la roue arrière. Passé un certain délai, ces vélos sont ensuite enlevés pour une mise en fourrière.
  • Un système de vélo en libre service vieillissant (1996 je crois) et inéfficace. Dans les faits, peu de vélos disponibles, certains se sont appropriés ces vélos de façon permanente.Vélos assez lourds et peu maniables.
JPG - 32.4 ko
Système VLS de Copenhague

En conclusion, un sentiment général de facilité de déplacement par ce mode vélo, même pour les enfants .

Tout est clairement organisé, simple et efficace. L’ensemble donne une agglomération calme, agréable, accessible.

Le retour en terre biterroise est bien difficile. Les vélos de Copenhague ne sont plus qu’un mirage ou de la science fiction…

JPG - 18.4 ko
Copenhague
Pratique du vélo en ville


le 17 août 2010 par Laurent Baccou
modifie le 18 août 2010