Les nouvelles mobilités

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 3002 (2 par jour)
Mobilités - Doc stratégies

Les nouvelles mobilités

La mission « Voirie pour Tous » a été sollicitée pour participer à la rédaction des rapports du Centre d’Analyse Stratégique sur les nouvelles mobilités. Hubert PEIGNE, Jean-Charles POUTCHY-TIXIER (CGEDD) et Benoît HIRON (CERTU) y ont donc apporté leur contribution.

Le rapport de novembre 2010 a pour objectif d’analyser les évolutions souhaitables des usages de l’automobile dans une perspective de mobilité durable. Il présente des pistes d’organisation de nos systèmes de mobilité et propose cinq leviers d’action pour permettre aux pouvoirs publics d’accompagner la transition vers de nouvelles mobilités moins émettrices de gaz à effet de serre.
Ces cinq leviers sont :

  • Organiser le dialogue entre les constructeurs de véhicules et les autorités territoriales pour repenser notre mobilité de demain.
  • Donner aux autorités locales les compétences pour favoriser le développement d’autres services de mobilité
  • Repenser la partage de la voirie et la hiérarchie de l’espace public au profit du vélo, de véhicules peu encombrants, des transports en commun et des nouvelles formes de mobilités
  • Faciliter l’arrivée de nouveaux opérateurs de services de mobilité
  • Intégrer la mobilité dans la société numérique.

Lors de la présentation du rapport à la presse le 30 novembre 2010, François BELLANGER (Transit-city) a développé les sujets suivants :

  • Le tramway n’est pas une réponse adaptée au périurbain
  • Le véhicule électrique n’est pas une solution aux problèmes de mobilité
  • Le smartphone n’apporte pas physiquement le service
  • Les enjeux mobilité de demain sont la rareté, la pauvreté ; ce sont des produits comme les tricycles, les rickshaws qui se développent face à ces enjeux
  • La place des pouvoirs publics dans le jeu des acteurs n’est pas évidente

Le constat a notamment été fait sur les évolutions sociales récentes que :

  • L’automobile ne fait plus rêver (et ce, dans le monde entier)
  • Le modèle automobile actuel n’est pas tenable,
  • L’usage de la voiture est à présent plus important que sa technologie
  • La durée de vie des véhicules s’allongeant (13 ans en moyenne, voire 20 ans), la modernisation du parc et la connexion numérique des véhicules s’avère difficile
  • L’occupation d’un espace public rare et cher par des automobiles y stationnant pendant plus de 90 % de leur temps est un problème majeur de pour l’usage de l’automobile en ville.

Cinq pistes possibles d’organisation sont proposées au débat :

  • Et si le vélo devenait le mode de déplacement majoritaire ?
  • Et si les deux-roues motorisés, tricycles et quadricycles étaient totalement intégrés dans l’organisation urbaine ?
  • Et si l’on oubliait en ville la voiture classique pour des véhicules urbains légers peu encombrants ?
  • Et si la mobilité numérique accompagnait le mobilité physique ?
  • Et si la mobilité de demain était une combinaison de toutes ces pistes ?

En complément, le rapport d’avril 2012 se concentre sur les territoires périurbains et ruraux et formule six recommandations relatives aux enjeux des territoires à faible densité, aux systèmes d’information multimodale organisant le mobilité, à l’organisation des services de proximité, notamment pour le partage des voitures et la mutualisation des services à la personne.

A titre complémentaire d’illustration, quelques articles de Transit-City sur ce thème et une présentation plus ancienne sur l’approche d’un véhicule individuel de demain ont été ajoutés à cet article et ces rapports sur les nouvelles mobilités.


Voir également à titre d’illustrations complémentaires :


Voir en ligne : Centre d’Analyse Stratégique (Premier Ministre)

le 20 décembre 2010 par Jean-Charles Poutchy-Tixier
modifie le 16 juillet 2012