Que penser des innovations présentées à Transports Publics 2010 - salon Européen de la mobilité ?

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 4847 (3 par jour)
Innovations, Mobilités et Transports Publics

Que penser des innovations présentées à Transports Publics 2010 - salon Européen de la mobilité ?


Ci-dessous, quelques impressions sur le thème innovation, après plusieurs échanges sur les divers stands du salon.
Ma venue au Salon visait à écouter et explorer le thème innovation, dans ce qui pouvait sembler utile ou interfaçable avec la thématique globale Voirie Pour Tous ; correspondant à l’idée générale d’un partage et d’un espace public de mobilité et de cheminement apaisé (Cf Référentiel documentaire pour découvrir le sujet).
Interrogation également sur la volet « Economie Voirie-Pour-Tous » dans un contexte de difficultés financières pour les collectivités et de mutations profondes des pratiques de mobilités avec les nouvelles façons de travailler à distance.


Repères

  • Naturellement de nombreux discours et pistes innovantes autour du développement durable, des économies d’énergies avec les solutions technologiques (énergie, automation, capteur) et les approches globales associées. Idem du point de vue des questions manutention et outillages spécifiques ou encore de la communication de données série, Ethernet, sans fil ; et bien sûr des volets comptage / traçabilité / billettique… Le tout dans des solutions embarquées ou implantées dans l’espace public. Classiquement présent aussi les propos sur les volets ingénierie et management projet.
  • Quasiment rien comme innovation sur la question de l’accès et du confort des personnes à mobilté réduite (PMR) ou sur la facilité des déchargements de marchandises dans des contextes de partage de la voirie.
  • Sur le thème vélo présentation d’équipements pour stationnements vélo et de services, mais plutôt en matière d’agencements ou de combinaisons de solutions.
  • Quelques pistes interfèrent avec les pratiques de mobilité nomade ou de télétravail mais la plupart en situation mobilier urbain (borne d’accès) ou sur smartphone. Elles semblent d’abord en logique « push » et non interactives… ce qui pourtant est la tendance [1].
  • Priorité donnée aux systèmes d’informations embarqués sur les logiques à distance de type cloud computing… Tendance s’imposant de fait par l’insuffisance de la qualité et de la fiabilité des réseaux numériques par onde radio en relais des systèmes de mobilité, plutôt qu’une absence d’imagination / opportunité dont on devine les centres d’intérêts. De ce point de vue quelques intégrateurs ont réalisé des solutions ouvertes au plan des standards et des outils logiciels, favorisant la possibilité pour les utilisateurs concepteurs de venir aisément greffer leurs solutions opérationnelles.
  • Discours sur l’innovation très orientée technique… et guère conceptuel ou sur les usages… et encore moins sur l’interaction entre les mobilités et la structuration des espaces publics de cheminement [2]. Peut-être dû à l’absence des compétences aménageurs, urbanisme, architecture, designer… sur les stands.

Pistes à explorer

  • Ne pas s’enfermer dans la pratique « catalogue / gamme de produits ». Sans contexte complémentaire fort d’innovation, cette approche affaiblit l’image de l’entreprise dans une société en mutation profonde et rapide, et ne contribue pas au déploiement des marchés émergents.
  • Approfondir les questions d’ergonomie des interfaces usagers dans l’esprit de ce que l’on voit dans les outils de navigation informatique, les smartphones et tablettes actuels.
  • Développer le contact entre les « conducteurs » de mobilités et les usagers en complétant les solutions de contrôle d’accès, d’interphonie professionnelle et de sécurité.
  • Conforter les dynamiques esquissées dans l’interaction entre l’information trajet et disponibilité… en les situant davantage sur la géolocalisation et sur les besoins utilisateurs. S’inspirer sans doute des pratiques et du déploiement des réseaux sociaux comme des éco-systèmes associés.
  • Prendre davantage en considération l’évolution des populations en mobilité, du fait des pratiques numériques du travail [3].
  • Approfondir les démarches design et crowdsourcing [4] dans la conception des produits et services.
le 11 juin 2010 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 14 juin 2010

Notes

[1] Cf Dix ans d’interactivité Fred Cavazza et Interfaces riches

[2] cf L’ergonomie spatiale, réflexions sur une avancée conceptuelle par D.Fleury Inrets revue Transports Urbains N°116 - déc. 2009

[3] Cf des pistes exploratoires via Télétravailleurs, travailleurs nomades, en réseau… leurs mobilités 

[4] « Le crowdsourcing consiste à utiliser la créativité, l’intelligence et le savoir-faire d’un grand nombre d’internautes, et ce, au moindre coût. La traduction littérale de crowdsourcing est « approvisionnement par la foule » » - Lien Wikipédia crowdsourcing

Mots clés associés